apprendre-beance-tubaire-volontaire-compensation

Apprendre la Béance Tubaire Volontaire

La technique méconnue que j’explique ci-dessous a radicalement amélioré mes performances en apnée ; Je l’utilise également quand je prends l’avion ou le train.

L’apnée attire chaque année de nombreux nouveaux adhérents. Une médecin m’a même affirmé qu’elle délivrait plus de certificats de non contre-indication à la pratique de l’apnée qu’à celle de la plongée sous-marine. J’ai intégré un club en septembre dernier, pour une année de cours d’apnée qui s’est terminée jeudi dernier. En m’intéressant aux informations théoriques de l’apnée, j’ai mis un nom sur une technique méconnue que j’utilise depuis plusieurs années.

La BTV (Béance Tubaire Volontaire) ou l’Art de compenser

La béance tubaire volontaire, que l’on appelle à tord « Béance tubulaire volontaire », est une technique de compensation extrêmement intéressante qui permet de compenser sans avoir à se boucher le nez ni à déglutir. J’explique tout ça en détail plus bas.

Lorsque vous descendez en immersion en apnée/plongée, ou lorsque vous changez d’altitude en prenant le train ou l’avion, la pression exercée sur vos tympans change, créant une gène qui peut rapidement devenir une douleur. Plusieurs techniques permettent de « compenser », c’est à dire d’équilibrer la pression de vos oreilles moyennes à la pression extérieure. Ces technique sont plus ou moins traumatisantes pour le tympan.

Une technique confidentielle

La béance tubaire volontaire est un technique méconnue. Peu d’apnéiste ou de plongeurs en parlent, même sur Internet. Pourtant :

  • C’est la technique la plus pratique, la plus naturelle et la moins traumatisante pour les tympans
  • MAIS c’est également la plus difficile à appréhender et à maîtriser.

Certains ont des difficultés pour apprendre la béance tubaire volontaire. C’est physiologique. Des personnes ayant subit des otites à répétition devront redoubler de patience et d’assiduité.

J’ai enseigné cette technique à un copain amateur d’apnée. Soit mes explications étaient claires, soit il percutait vite, toujours est-il qu’il a saisi le truc en moins de 3 minutes. Il suffisait de trouver la bonne méthode d’apprentissage. Je vais tenter de la décrire ici.

Béance tubulaire volontaire : un air de Castafiore

Ici je partage ma technique d’apprentissage de la béance tubaire volontaire. Mais d’abord, un peu d’anatomie. La BTV consiste à utiliser les muscles péristaphylins afin d’ouvrir les trompes d’Eustache (< clique ici pour une vue 3D anatomique de l’oreille moyenne) qui relient l’oreille moyenne au rhino-pharynx. C’est plus simple que ça en a l’air. Ci-dessous, voici ma méthode d’apprentissage.

Premièrement, mettez vous en condition en simulant une surpression extérieure dans votre oreille moyenne. Pour cela vous allez faire tout le contraire de la Manœuvre de Valsalvabouchez-vous le nez, fermez votre bouche, puis inspirez par le nez jusqu’à ce que vous entendiez un cliquetis dans vos oreilles.

Ensuite vous allez tenter de rétablir la pression de vos oreilles moyennes grâce à la béance tubaire volontaire. Et c’est là que ça se complique. Vous allez devoir faire preuve d’imagination et de persévérance. Ma méthode : essayez de chanter comme un ténor d’opéra ou une cantatrice, mais…

  • avec la bouche fermée,
  • sans utiliser vos cordes vocales pour émettre de son,
  • et sans mobiliser le muscle de votre langue à part pour la coller à votre palais.

Essayez de chanter le plus haut et fort possible. Alors oui, c’est impossible de chanter comme ça. Cet entraînement ne vous apprendra pas à chanter mais à repérer et à utiliser vos muscles péristaphylins. Allez, c’est à vous maintenant !

Inutile de mobiliser votre cou, votre mâchoire ou vos sourcils : vos muscles péristaphylins sont logés près de vos oreilles. Vous aurez réussi quand vous entendrez un cliquetis et que vous aurez rétabli la pression dans vos oreilles moyennes. Vous n’y arriverez peut-être pas du premier coup. Ne vous démoralisez pas. De nombreux apnéistes et plongeurs ont mis des jours, voire des semaines pour saisir complètement le mécanisme.

Une autre méthode consiste à se mettre en surpression dans l’oreille moyenne (comme dans ma méthode) et de se forcer à bailler tout en maintenant la bouche fermée, jusqu’à ce que les trompes d’Eustache libèrent l’air et que la compensation se fasse. Cette méthode fonctionne, mais je trouve qu’elle sollicite trop de muscles, surtout au niveau de la mâchoire, ce qui empêche de localiser efficacement les muscles péristaphylins.

Ça y est ? Vous le tenez ?

Vous avez repéré vos muscles péristaphylins ? Félicitations ! Pour pratiquer, répétez plusieurs fois l’exercice ci-dessus, pas plus de 5 minutes à chaque fois. Et la prochaine fois que vous changerez d’altitude ou de profondeur,utilisez la BTV à la place de votre technique habituelle. Si elle ne passe pas sous l’eau, faites plusieurs essais mais ne forcez surtout pas et ne descendez pas plus profondément. Et bien sûr, ne l’utilisez jamais en remontant vers la surface. En avion ou dans le train, vous pouvez l’utiliser quand vous voulez, dès que vous ressentez un changement de pression. J’utilise la BTV en parachutisme où l’on monte à 4000 m en moins de 10 minutes plusieurs fois dans la journée. C’est d’ailleurs l’une des raisons qui me fait penser que l’apnée et le parachutisme sont deux disciplines qui ont énormément en commun. Enfin bref ! Si cet article vous a été utile laissez un message pour m’en faire part, ça fait toujours plaisir de savoir qu’on a aidé quelqu’un. A bientôt !

Crédit photo : Ben eBaker (license)


  1. 10 avril 2017 @ 20 h 36 min khalifa

    salut Arnaud ,merci d’abord ,je pense que j’ai saisi le truc mais a la pratique du BTV a ce que j’entend les mêmes cliquetis que a la déglutition??

    Reply

    • 11 avril 2017 @ 13 h 49 min Arnaud

      Salut Khalifa
      Effectivement on entend bien le même cliquetis qu’à la déglutition :)

      Reply

    • 11 avril 2017 @ 20 h 44 min khalifa

      Merci Arnaud, je vais essayer a la mer, un grand respect pour les gents qui aident les autres gratuitement, merci encore une fois et bonne continuation

      Reply

      • 12 avril 2017 @ 10 h 54 min Arnaud

        De rien Khalifa, j’espère que tes tests en mer seront concluants. Tiens moi au courant ! A+

        Reply

        • 15 mai 2017 @ 22 h 47 min khalifa

          Salut Arnaud, j’espère que vous allez bien ; j’ai trouvé des difficulté les premier temps mais finalement j’ai la maîtrisé jusqu’à 20m ,en attendant l’eau sera plus chaud je vais progressé en plus, je te remercie infiniment pour tes conseils

          Reply

          • 16 mai 2017 @ 23 h 11 min Arnaud

            De rien Khalifa, ravi d’avoir pu t’aider :)

  2. 14 février 2017 @ 11 h 08 min pierre pettelot jaillon

    Salut, doit-on se boucher le nez quand on chante,? merci d’avance

    Reply

    • 15 février 2017 @ 14 h 54 min Arnaud

      Salut Pierre, inutile de te boucher le nez. Dans cet exercice, boucher ton nez permet uniquement de mettre tes oreilles moyennes en surpression ou en sous-pression. Une fois que c’est fait, passe à l’exercice d’imitation de la Castafiore (attention, dans cet exercice aucun son ne doit sortir de ta bouche).

      J’espère que tu y parviendras, accroche toi mais ne force pas trop.

      Reply

  3. 26 septembre 2016 @ 14 h 15 min SEB

    Salut!
    En fait j’ai une interrogation : si la BTV permet d’ouvrir les trompes, pourquoi ne faut-il pas la faire à la remontée? Sachant que dans la plupart des cas, à la remontée, la trompe s’ouvre toute seule automatiquement pour expulser le trop de pression vers l’espace nasale, la BTV à la remontée permettrait justement d’améliorer ce mécanisme automatique,non?

    Reply

    • 4 octobre 2016 @ 12 h 23 min Lysimaque

      Bonjour,

      Pour répondre à SEB, cela est dû à l’anatomie des trompes d’Eustache, qui se présentent sous la forme de 2 cônes inversés (l’un osseux est rigide et l’autre cartilagineux est souple). L’air dans l’oreille moyenne peut s’échapper facilement par les trompes d’Eustache, car leur ouverture est en forme de cône osseux à la sortie de l’oreille moyenne. A l’inverse, l’air pénètre difficilement dans l’oreille moyenne depuis le rhinopharynx, car le cône à l’autre extrémité est souple et se referme. Il faut donc que les muscles péristaphilins qui entourent la trompe d’Eustache entrent en action pour créer une ouverture laissant passer l’air.

      Voilà j’espère avoir répondu à ta question assez clairement.

      La compensation est très importante en apnée, mais ne dois jamais être forcée. Attention à vos oreilles, tout traumatisme de l’oreille interne est très lent à se résorber, voire irréversible (perte d’audition, trouble de l’équilibre, etc.).

      Sportivement,
      Lysimaque

      Reply

      • 13 octobre 2016 @ 7 h 24 min Arnaud

        Salut Lysimaque, merci pour ta réponse !

        Reply

  4. 21 juillet 2016 @ 18 h 12 min Gab

    Bonjour Arnaud, merci pour l’explication car en ligne les explications sont floues.

    J’ai du faire quelque chose qui va pas, depuis, à chaque deglutition j’entends un cliquetis dans chaque oreille. L’ORL m’a assuré que mes tympans n’étaient pas abimés, du coup c’est surement ces satanés trompes d’Eustache. Je veux persévérer pour le BTV, la manœuvre de Valsalva est effectivement trop agressive.

    Reply

    • 7 août 2016 @ 22 h 54 min Arnaud

      Salut Gab merci j’essaie d’être le plus clair possible, pas évident de trouver les péristaphylins !

      Reply

  5. 19 mai 2016 @ 21 h 51 min MANU

    salut Arnaud, bravo pour explication et ta méthode simplifiée. J’y arrive de suite et du premier coup, mais voilà en mode apnée ça ne passe je dois faire la manoeuvre de vasalva pas aurais tu une explication?
    Merci

    Reply

    • 20 mai 2016 @ 20 h 24 min Arnaud

      Salut Manu, ahhh c’est cool si ça passe sans problème !

      Pour t’entraîner, je te conseille de te faire quelques séances de piscine dans un bassin d’au moins 2m de profondeur. Prends ton temps, et fais des allers-retours au fond du bassin jusqu’à ce que ça passe. C’est comme ça qu’un de mes moniteurs d’apnée a procédé.

      Une fois que tu tiendras le mouvement, il restera une seconde difficulté à surmonter : garder les trompes d’Eustache ouverte en continu sur toute une descente ! C’est très utile si tu descends en poids variable ou avec une gueuse.

      En apnée, ça m’arrive d’avoir la BTV qui ne passe pas ou plus. C’est généralement à cause du froid ou au stress dû à l’obscurité en milieu naturel.

      Tiens moi au courant, j’espère que tu maîtriseras rapidement le truc. A+

      Reply

  6. 28 février 2016 @ 11 h 55 min laurie

    Merci pour cet article…
    Moi j’ai un petit souci, c’est que ma trompe d’eustache est ouverte en permanence suite à un séjour en montagne avec une otite….elle n’arrive plus à se refermer, et du coup je me demandais comment tu arrivais à faire en sorte qu’elle se ferme après la BTV?? ça se fait seul??? je ne sais plus quoi faire car cette sensation est insupportable et ça dure depuis 10 j!!!!!!! je suis preneuse de conseils!!! Merci par avnce

    Reply

    • 2 mars 2016 @ 0 h 35 min Arnaud

      Salut Laurie !
      Je ne suis pas spécialiste, mais tu peux tester la méthode suivante.
      Tout en te pinçant le nez et avec la bouche fermée, inspire par le nez sans trop forcer.
      Good ?

      Reply

N’hésite pas à laisser un commentaire !

Ton adresse email ne sera pas affichée.

Blog de voyage AdiosParis.fr, 2011-2017, tous droits réservés