La mésaventure qui m’a dégoûté du Vietnam

J’écris cet article depuis Sapa au Nord-Ouest du Vietnam où nous passons quelques jours avec Delphine. Notre voyage au Vietnam se passe merveilleusement bien, mais je n’arrive pas à oublier cette mésaventure qui m’est arrivée deux ans plus tôt dans ce pays…

Revenons deux années en arrière

La demi-journée que je vous raconte ici s’est déroulée lors de mon premier voyage en Asie. J’étais accompagné d’un ami : Nicolas. Dès notre 1ère demi-journée au Vietnam, nous avons compris à nos dépends que les vietnamiens font payer cher la naïveté des voyageurs inexpérimentés.

Entrée au Vietnam par la frontière terrestre de Ha Tien

Après quelques semaines au Cambodge, nous décidons d’entrer au Vietnam en partant deSihanoukville, une ville côtière au Sud du Cambodge. Après quelques heures de voiture nous arrivons à la frontière de Ha Tien, nommée ainsi à cause de la ville vietnamienne la plus proche.

En général, il suffit de marcher 30sec pour passer de la frontière terrestre d’un pays à sa jumelle limitrophe. A la frontière de Ha Tien, un no-man’s-land boueux de plusieurs centaines de mètressépare le Cambodge du Vietnam. Deux chauffeurs de scooter nous proposent de nous déposer pour 2$/pers (prix final négocié).

Nous ignorons encore que cette demi-journée va être difficile. Nous comprendrons trop tard que tout a commencé avec ces deux chauffeurs.

L’arnaqueur de Ha Tien

Tampon check-out puis check-in, et nous voici au Vietnam. Un vietnamien nous accoste dès notre arrivée à Ha Tien et bavarde avec nous. Il est plus grand que la moyenne, assez mince, avec des attitudes d’homme d’affaire ; c’est d’ailleurs comme un businessman qu’il se présente. A cause de tous les avertissements sur les arnaques au Vietnam, je le trouve louche. Nicolas aussi. Pourtant nous continuons à l’écouter.

Nous souhaitons rejoindre Ho Chi Minh par bus. L’homme nous propose de changer nos dollars en  VDN (la monnaie vietnamienne) et de nous emmener gratuitement à la gare routière. Nous acceptons.

Après 10 minutes à longer la côte en scooter, nous arrivons…

- « heu… c’est ça la gare routière ? On dirait plutôt un restaurant non ? »
- « Oui oui mais c’est d’ici que partent les bus pour Ho Chi Minh, ne vous inquiétez pas »
- « Ok… »

Pendant l’attente du bus, l’homme passe quelques coups de fil en vietnamien. Puis un bus arrive, avec une dizaine de passagers déjà à bord. Le conducteur se donne un air pressé.

- « 500 000 VND par personne. Vite vite, pas le temps d’attendre »
- « QUOI ? 25$/personne ? Il est cher ton bus ! »
- « C’est le prix. 500 000 VND, vite ! »

Nous réussissons à faire baisser le prix à 400 000 VND un peu trop facilement. C’est de plus en plus louche mais nous montons quand même.

Prise d’otage dans le bus pour Ho Chi Minh

Le bus s’arrête toutes les demi-heures pour faire monter un ou plusieurs passagers. Mais quelque chose me frappe : les nouveaux arrivants ne paient que 40 000 VDN ! Donc sauf erreur, nous avons payé dix fois le prix d’un ticket normal.

C’est décidé : on va récupérer notre argent ! La mamie qui vend les tickets du bus n’est pas d’accord. Scandale ! ça crie, ça s’énerve, ça monte en pression et ça finit en prise d’otage : je prends le téléphone portable du chauffeur et ne lui rendrai qu’une fois qu’on nous aura rendu notre argent !

Nicolas surveille mes arrières. Le vieux chauffeur n’a pas l’air content (mais on ne comprend rien à ce qu’il dit). Il finit par stopper son bus au milieu de la route. Menaces, injures. Soudain l’homme fonce chercher quelque chose dans sa boîte à gants et revient nous menacer, armé … d’une paire de ciseaux ! Ouf ! ça aurait pu être un sabre ou pire, une arme à feu !

Nous sortons finalement du bus après avoir récupéré 300 000 VDN chacun. La féroce mamie du bus manque de me donner un coup de pied au passage alors que je descends du bus derrière Nicolas.

Good morning Vietnam ! Cette mésaventure nous a fait comprendre qu’au Vietnam aussi un sourire peut cacher un escroc.

Un 2ème séjour au Vietnam qui se passe beaucoup mieux

Nous sommes au Vietnam depuis 2 semaines et il ne nous est rien arrivé de tel. Je trouve même les gens plus souriants et accueillants. Peut-être est-ce du au fait de voyager en couple plutôt qu’entre mecs. En tout cas, j’espère pour lui que le businessman de Ha Tien ne recroisera plus jamais ma route !

Et vous ? Avez-vous vécu d’autres mésaventures au Vietnam ?

Crédit photo : Chandra Susati

  1. 7 février 2017 @ 16 h 03 min Gus

    Salut,

    Pour ma part, je suis partie au Vietnam seule il y a deux ans (janvier ’15) et voilà ma petite mésaventure :

    Pour commencer, j’ai atterri à HCMC, j’y suis restée deux nuits. Ensuite, je suis descendue vers Phu Quoc via le Delta du Mékong mais par le nord car je trouvais ça plus sympa que de passer par les grosses villes du Delta (il n’y avait pas beaucoup de blancs et encore moins de blanche seule….). Je suis arrivée par le transit obligatoire de Ha Tien et je dois avouer que je n’ai pas eu de problème… Il y a seulement le taxi moto qui a voulu m’emmener dans l’hôtel de son ami au lieu du mien mais, hahaha, je ne suis pas une débutante en Asie ! Je lui ai dit: « je sais que mon hôtel est toujours ouvert, j’ai déjà payé, je les ai eu au téléphone hier soir et ils m’attendent ». Bim, c’était fini, il m’a déposé où je voulais.

    1ère tentative d’arnaque après une semaine, vite remballée !

    J’ai ensuite voyagé dans tout le Vietnam, seule, du sud au nord car j’avais pris mon vol retour sur Hanoï (ben oui, vu que « j’organise » mes voyages dans l’avion, je ne savais pas qu’il faisait froid dans le nord en janvier… hihihi). Aucun problème sur tout mon séjour puis, ben fallait bien que ça arrive… On m’en avait tellement parlé de ces fameuses arnaques vietnamiennes… Direction Hanoï… Et en fait, la seule et unique fois où je me suis faite arnaquée, ben c’est en arrivant là, par le train de nuit… Il était genre 5h-5h30 du matin.

    Comme à mon habitude, je suis descendue du transport, je suis sortie de la gare et quand tous les motos-taxi m’ont sauté dessus, j’ai dit que je voulais d’abord boire un café ! Comme d’habitude, y’en a toujours un qui reste à côté de moi car chacun repère sa proie et la garde… Vient le moment de démarrer, je ne savais pas où je devais aller, je n’avais rien réservé… Je sors donc mon guide pour trouver un quartier sympa. Je demande d’être amenée à une telle rue. (Mieux vaut faire mine d’avoir un hôtel). Il m’annonce un prix que je refuse et je dis que je veux le taxi meter. Etant donné que je n’avais jamais eu de soucis (j’ai passé du temps avec des locaux, c’était super), arrivée à la fin de mon trip, je ne pense même plus que ça puisse m’arriver… :-) je regarde donc par la vitre du taxi et je ne surveille pas le taxi meter… GRAVE erreur ! Je suis tombée sur LE fameux taxi avec taxi meter TRAFFIQUE qui avance plus vite que le taxi et toute la ville réunie ainsi qu’avec la moitié des barres qui ne s’allume pas donc IMPOSSIBLE de lire ce qui est écrit dessus… Ah ben oui…
    Mon cher taximan me dépose devant mon hôtel. Haha… « ben c’est au bout de la ruelle en S, marchez un peu et vous tomberez dessus ». Bon ok, je ne vais pas mourir pour ça. Et puis là, il m’annonce le prix. L’équivalent de € 18,00 pour genre 5-7 minutes de taxi. Gloups, je lui dis que je n’ai pas compris, il répète. Ah ben oui, j’avais bien compris.
    - alors la suite est une traduction de l’anglais asiatique (je ne parle que celui-là car c’est pendant mes voyages en Asie que j’apprends « l’anglais ») -
    Moi : « Heu non, il y a une erreur »
    Taximan : « Non, pas erreur vous payer sinon moi me fâcher » (encore sur un ton sympa)
    M : « Moi pas vouloir me laisser faire, (ah non, pas à deux jours de mon retour), moi pas d’accord »
    T : « Prix est prix, vous payer, ou moi me fâcher tout rouge !!! » (bon le ton était moins sympa et il commençait déjà à être très rouge)
    M : en-moi-même « Heu bon, Gus, réfléchis! Ton backpack est dans le coffre, ton hôtel est au bout d’une ruelle en S et il est 05h30 du matin, il fait noir et tout est fermé… et surtout, TU ES TOUTE SEULE » Hum… Bon, ben, je vais payer…
    Je lui dis que c’est un voleur, arnaqueur, qu’il l’aura en retour un jour. Lui, voit ses billet, son sourire revient, je chope d’abord mon sac avant de lui filer sa tune.
    T : « Au revoir mademoiselle, bienvenue à Hanoï, enjoy !  »
    M : (en français avec un grand sourire) « C’est ça trouduc, merci de me faire détester cette ville et va t’étouffer avec ton argent volé enfoiré »
    Alors ATTENTION, ceci est très important à savoir…
    En arrivant à ma pension, j’ai expliqué ma mésaventure. La dame m’a dit que, quand ça arrive, il faut prendre la plaque du taxi et porter plainte auprès de la police touristique. Après 3 plaintes, le chauffeur perd sa licence !
    Donc voilà, je pense que c’est une bonne info!!! Je savais que c’était le cas à Istanbul mais pas là…

    Sinon, hormis ça, le Vietnam c’est super !!! Les gens sont adorables (avec ou sans sourire contrairement à la Thaïlande), on mange hyper bien, il est facile de voyager et de communiquer avec les jeunes.

    Ce voyage est pour moi, le meilleur que j’ai fait jusqu’à présent. Je recommande vivement ce pays !!!!

    Reply

    • 10 février 2017 @ 22 h 22 min Arnaud

      Salut Victoria, merci d’avoir pris le temps de raconter cette mésaventure !

      C’est vrai que ça pique de se faire arnaquer juste en fin de voyage, alors que tout s’est auparavant bien déroulé :/

      Reply

Tout le monde à son mot à dire... Et toi ? Oui ? Alors laisse un commentaire !

Ton adresse email ne sera pas affichée.

Blog de voyage AdiosParis.fr, 2011-2017, tous droits réservés